AURG

Habitat et foncier

La « ville de demain » : vers une « déspécialisation » des bâtiments pour s’adapter aux nouveaux modes de vie ?

(Banque des territoires) – La crise du Covid-19 est venue accélérer les changements en cours dans les modes de vie et de travail, avec l’essor du télétravail, des espaces partagés… Lors de la quatrième table-ronde « Travailler, se déplacer, consommer, habiter », organisée le 21 septembre 2021 dans le cadre de la réflexion « Habiter la France de demain », sociologues, architectes, acteurs du bâtiment, partenaires publics et privés, ont esquissé les évolutions nécessaires pour s’adapter à ces mutations profondes.

Source : La « ville de demain » : vers une « déspécialisation » des bâtiments pour s’adapter aux nouveaux modes de vie ?

Le rapport Girometti-Leclercq pose les bases d’un futur référentiel de la qualité du logement

(Banque des territoires) – Laurent Girometti, directeur général d’Epamarne, et François Leclercq, architecte-urbaniste, ont rendu à Emmanuelle Wargon les résultats de la mission qui leur avait été confiée en vue d’élaborer le nouveau référentiel du « logement de qualité ». Ou comment « améliorer la qualité d’usage des logements construits pour mieux répondre aux besoins de leurs occupants et retrouver le désir d’habiter en ville ». L’un des critères mis en avant est la modularité des logements.

Source : Le rapport Girometti-Leclercq pose les bases d’un futur référentiel de la qualité du logement

L’immobilier public d’après-crise : moins de mètres carrés, plus de convivialité ?

(Banque des territoires) – Avec la crise sanitaire et l’accélération du télétravail qui en a découlé, c’est tout l’immobilier tertiaire qui est bouleversé. Occupant près de 100 millions de mètres carrés, l’État passe actuellement la vitesse supérieure pour « réinventer son immobilier », en favorisant une approche fondée sur les usages et les besoins des agents et des usagers, la flexibilité, des espaces « différenciés et adaptés » avec une attention particulière sur les usages collectifs. Un rapport diffusé ce 22 juin révèle les grandes orientations privilégiées.

Source : L’immobilier public d’après-crise : moins de mètres carrés, plus de convivialité ?

Développer l’habitat en cœur de bourg et village

(www.institutparisregion.fr) – Si l’extension urbaine et la construction de maisons individuelles ont été plébiscitées entre les années 1970 et 1990, aujourd’hui face aux enjeux environnementaux, aux objectifs de réduction des gaz à effet de serre, de mixité sociale et fonctionnelle dans les territoires, la tendance doit désormais radicalement s’inverser.

Source : Développer l’habitat en cœur de bourg et village

Immobilier en 2020 : les villes moyennes ont tiré leur épingle du jeu

(Banque de territoires) – Le deuxième « Baromètre de l’immobilier des villes moyennes » présenté ce 15 juin par L’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et le Conseil supérieur du notariat (CSN) apporte des chiffres tangibles pour les villes moyennes – et leurs agglomérations – bénéficiaires du programme Action coeur de ville (ACV). Ces territoires ont mieux résisté que les métropoles au coup d’arrêt de l’activité immobilière d’il y a un an. Certains affichent même des hausses importantes. Mais celles-ci bénéficient plus souvent à la périphérie qu’à la ville-centre.

Source : Immobilier en 2020 : les villes moyennes ont tiré leur épingle du jeu

Sobriété foncière et qualité du cadre vie dans les opérations d’aménagement

(Les CAUE d’Occitanie) – Par ce guide de références, premier d’une série de publications destinées aux élu·e·s et technicien·ne·s qui œuvrent à la fabrique d’un urbanisme durable sur leur territoire, le CAUE illustre au travers d’opérations d’aménagement en Midi toulousain des principes d’une conception urbaine conjuguant sobriété foncière et qualité du cadre de vie.

Source : Sobriété foncière et qualité du cadre vie dans les opérations d’aménagement | Les CAUE d’Occitanie

Tous les mercredis, recevez « L’Agence veille pour vous »,
l’actualité hebdomadaire du blog de veille