AURG

ZAN

Zéro artificialisation nette : Zéro artificialisation nette : un accord se dessine au parlement, selon Christophe Béchu

(La France agricole) – Issu de la loi Climat de 2021, l’objectif ZAN (pour zéro artificialisation nette) ambitionne de réduire de moitié, d’ici à 2031, le rythme de consommation d’espaces naturels et agricoles par rapport à la décennie précédente, soit 125 000 hectares, puis de stopper toute « artificialisation nette » des terres à l’horizon de 2050. Mais ses modalités d’application suscitent l’inquiétude des élus locaux qui dénoncent une « recentralisation rigide » et une « application arithmétique et indifférenciée ».

Source : Zéro artificialisation nette : Zéro artificialisation nette : un accord se dessine au parlement, selon Christophe Béchu

Christian Piel : « Il faut une ville qui remette à l’honneur ses sols »

(Urbanisme) – Direc­teur de l’agence Urban­wa­ter, bureau d’études en hydro­lo­gie urbaine, appliquée à l’urbanisme et au pay­sage, Chris­tian Piel évoque son riche par­cours, ain­si que les évolutions actuelles en matière de ges­tion, trai­te­ment et réemploi de l’eau dans la ville.

Source : Christian Piel : « Il faut une ville qui remette à l’honneur ses sols » – Urbanisme

Coup de frein à l’artificialisation des sols

(Le Moniteur) – Une forte décélération de la consommation de terres agricoles dédiées à l’urbanisation ressort de l’enquête annuelle sur « le prix des terres ». « Un nouveau modèle de développement se met en place, sans empiéter sur des emprises nécessaires à l’alimentation, à la gestion de l’eau et stockage du carbone », se réjouit Emmanuel Hyest, président de la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’équipement rural (FN Safer), co-auteur de l’étude avec le ministère de l’Agriculture.

Source : Coup de frein à l’artificialisation des sols

La controverse du ZAN 

(Telos) – Bientôt deux ans après son adoption par le Parlement, on débat encore sinon de sa nécessité du moins de son applicabilité, mise en doute par le Sénat et l’Association des Maires de France. Bourvil aurait pu s’exclamer : « le ZAN non, la sobriété foncière oui ! », pour résumer cette fronde des territoires qui s’insurgent contre une loi encore et toujours venue de Paris, cette capitale qui les méconnaîtrait tant.

Source : La controverse du ZAN – Telos

L’avenir du ZAN passera-t-il par l’intercommunalité ?

(La Gazette des communes) – Alors que la proposition de loi sénatoriale visant à faciliter la mise en oeuvre du ZAN est dans les limbes de l’agenda de l’Assemblée nationale, Intercommunalités de France insiste sur le rôle des plans locaux d’urbanisme intercommunaux pour traduire sur le terrain les objectifs de baisse de l’artificialisation des sols.

 

Source : L’avenir du ZAN passera-t-il par l’intercommunalité ?

Mise en œuvre du ZAN : les intercommunalités appellent à généraliser le PLUi

(Banque des territoires) – Nul besoin d’une nouvelle loi pour faciliter la mise en œuvre de l’objectif de zéro artificialisation nette (ZAN) : pour les élus d’Intercommunalités de France, la généralisation des plans locaux d’urbanisme intercommunaux (PLUi) est le meilleur moyen de porter l’enjeu de sobriété foncière tout en prenant en compte les besoins de développement des différentes communes, quelle que soit leur taille.

Source : Mise en œuvre du ZAN : les intercommunalités appellent à généraliser le PLUi

Une carte d’occupation du sol pour outiller la lutte contre l’artificialisation

(IGN) – Pour observer, planifier et contenir la croissance urbaine, les territoires doivent pouvoir fonder leur décision sur des mesures fiables et durables. D’ici à fin 2024, ils pourront compter sur le référentiel d’occupation du sol à grande échelle (OCS GE), une base de données géographiques homogènes qui décrira finement la couverture et l’usage des sols ainsi que leur évolution dans le temps pour la France entière. Ce référentiel est produit par l’IGN en collaboration avec le Cerema et l’INRAE à la demande du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

Source : Une carte d’occupation du sol pour outiller la lutte contre l’artificialisation – Institut – IGN

(Collectif PAP) – Soucieux d’assurer la transition énergétique et, plus généralement, la transition de nos sociétés vers le développement durable, des professionnels de l’aménagement se sont réunis en association afin de promouvoir le rôle central que les démarches de paysage peuvent jouer dans les politiques d’aménagement du territoire.
Un article signé Bertrand Folléa, paysagiste urbaniste,
co-fondateur de l’Agence Folléa Gautier

Source : ARTICLE-63-Collectif-Pap_BF.pdf (paysages-apres-petrole.org)

Tous les mercredis, recevez « L’Agence veille pour vous »,
l’actualité hebdomadaire du blog de veille